Mindfulness @ work, la pleine conscience au travail

Pleine conscience, Des outils, des outils,… donnez-moi des outils

Telle est la réponse de la plupart des personnes que nous rencontrons sur leur lieu de travail lorsque nous les interrogeons sur leurs besoins.

Mindfulness at work,  la pleine conscience au travailDes outils, des trucs pour… être plus efficient, productif, efficace et tout cela avec un stress en diminution. Souvent ils nous réclament des solutions qui concernent des problèmes complexes, parfois même l’objet de leur demande est une action hors de leur contrôle immédiat.
Bien souvent au détour d’un chemin survient la question fondamentale : existe-t-il un outil suprême ? Si tant de personnes désirent atteindre une expertise et augmenter leur contrôle, quel est l’outil qui va les aider et les guider dans cette voie ?

Eh bien, il n’existe aucun outil ou formule magique qui permette d’exercer un contrôle absolu sur d’autres personnes ou circonstances, parfois perçus comme aléatoires et écrasants. En fait, un instrument sommeille quelque part, plus ou moins actif, qui dans notre espace de contrôle. Son influence a été exploré et révélé par un large faisceau de recherches : la pleine conscience.

La pleine conscience est un concept, un processus et surtout une pratique héritée des traditions Bouddhistes. Actuellement, il a déjà élu domicile dans les domaines de la médecine et de la psychologie et continue son trajet pour trouver une place légitime sur nos lieux de travail.
Les bénéfices de la « Mindfulness » sont nombreux et cette pléthore est en constante extension : une aide au sein de la dépression, une atténuation de la douleur, une récupération plus rapide après une opération chirurgicale, un impact postif sur le relationnel, une diminution des troubles du sommeil et de l’alimentation, une amélioration de l’anxiété et des phobies et enfin, un effet significatif sur la gestion globale du stress.

La “magie” de la pleine conscience réside dans le réarrangement qu’elle permet, par sa pratique quotidienne, dans nos réseaux neuronaux. Les recherches de pointe menées dans ces domaines accumulent et augmentent le nombre de preuves qui vont dans cette direction.
Les exercices de pleine conscience permettent d’améliorer l’attention, mais également la concentration et la mémoire.

En effet, ils mettent en branle des capacités d’inhibition qui décrassent l’attention des informations inutiles, par une action répulsive vis-à-vis des pensées non pertinentes (Moore et Malinowski 2009). De plus les aptitudes de flexibilité mentale (d’imagination, d’originalité, permettant de modifier sa stratégie quand un problème change de forme, et d’éviter la stéréotypie comportementale ou la persévérance dans une direction mal adaptée, ou la répétition de schémas inappropriés) sont aussi augmentées par cet entrainement à la pleine conscience, suivant ces mêmes auteurs.

Plus incroyable dans tout cela est que cet outil vient de nous, il trouve son origine dans notre attention, notre observation, il s’alimente de notre curiosité pour faire au final que : NOUS SOYONS CET OUTIL.

photo credit http://www.flickr.com/photos/alancleaver/4331097922/sizes/m/in/photostream/