Archives pour la catégorie Mindfulness @Work

3 bonnes choses pour cultiver votre bonheur

3 bonnes chose pour cultiver votre bonheur

Le bonheur est composé d’une myriade de petites choses hétéroclites et les exercices reflètent donc cet état de fait : des actions précises à faire et accomplir au quotidien pour construire pièce par pièce un bonheur tel qu’on le conçoit pour soi-même.

Trois bonnes choses pour cultiver votre bonheur 

Un classique de la psychologie qui a été décliné sous de nombreuses formes, il n’en demeure pas moins un des plus puissant. Les différentes variantes ont été examinées par quelques chercheurs, une constante en est ressorti : l’efficacité de cette technique.
Il est donc démontré que cet exercice augmente durablement l’impression de bien-être et possède un impact sur les symmptômes dépressifs et cela avec certitude pendant 6 mois (« Positive psychology progress, empirical vallidation of interventions », Seligman, Tracy A. Steen, Nansook Park, Christopher Peterson). Les 6 mois ne signifient pa que les effets diminuent ou disparaissent par la suite mais tout simplement que les suivis des participants a été limité à une période de 6 mois.

Comment procéder ?
Les instructions pour cet exercice sont assez simples et courtes.

Chaque soir, et ce durant une semaine, prenez le temps de repenser à votre journée et ce dans les moments qui précèdent votre someil. Durant cet instant, trouvez trois choses qui se sont bien passées durant la journée écoulée. Prenez une feuille ou une support de note et écrivez-les. Complétez ensuite par le rôle que vous avez joué dans leur réalisation.
Trois éléments doivent être tenus à l’oeil et respecter pour le bon déroulement de l’exercice :

Ecrire est primordial car cela permet de mieux se concentrer sur les événements relatés.
Réfléchir au  rôle que vous avez joué revête également une fonction importante, car il possède un impact sur votre impression de contrôle qui, à son tour, aura un influence sur votre bien-être. Parfois votre rôle ne vous paraîtra pas clairement défini. En effet , si la journée  était baignée d’un ciel magnifique te d’une douce chaleur, vous pourriez vous demander quel est votre rôle là-dedans ? Dans ce cas-ci, une possibilité de réponse est d’avoir remarqué cet ensoleillement et cette douce chaleur.
Le rythme de cet exercice est une donnée fondamentale au niveau de l’efficacité. Appliquez le avec conscience pendant une semaine tous les jours ou une fois par semaine pendant six semaines.

Des études ont montré que l’appliquer trois par semaine pendant six semaines en décroissait légèrement l’efficacité. Ceci tend à rejoindre l’adage qui nous parle de « ne pas abuser des bonnes choses ». Il faut également souligner que ceux qui par intérêt personnel, sans aucune contrainte, ont continué à pratiquer après la session, présentent de meilleurs résultast. On pourrait en déduire que remarquer de temps à autre les bonnes choses de la vie revête une certaine importance et ce tant que cela ne débouche pas sur une corvée obligatoire.

Lorsque j’ai pratiqué cet exercice, j’étais dans un premier temps un peu gêné, c’était difficile de trouver une bonne chose. Me rapeller toutes les factures impayées, les emails en attente et autres approximation, ne présnetait aucun problème mais une topute petite chose positive  me donnait du fil à retordre. Ensuite,…

Je laisse le vivre par vous même. Bonne expérience.

photo credit http://www.flickr.com/photos/jjjohn/2148108735/

Gestion du Stress et la légende du verre d’eau

Gestion du Stress et la légende du verre d'eau

Le stress est un dénominateur commun à toutes les professions et indépendamment du salaire, du ‎sexe ou de l’expérience, un stress excessif peut entrainer une baisse de la productivité, nous ‎empoisonner la vie et mettre notre santé psychologique et physiologique en danger ; il affecte :‎

  • L’esprit : inquiétudes, indécision, négativité, altération du jugement, etc.‎
  • Le comportement : perte d’appétit, fumer et/ou boire plus, insomnies…‎
  • Le corps : des maux de tête, la fatigue, tensions musculaires, etc.‎
  • L’émotionnel : perte de la confiance, irritabilité, dépression, apathie…‎

Comment garder son stress sous contrôle? Faut-il le subir ou y réagir?‎

Il y a une myriade de réponses possibles, j’ai choisi de partager avec vous cette histoire, d’un ‎auteur inconnu, qui explore l’une d’entre elle :‎

Une psychologue marchait vers le podium tout en enseignant la gestion du stress à une ‎audience avertie.‎
Comme elle a soulevé un verre d’eau, tout le monde s’attendait à question du « verre à ‎moitié vide ou à moitié plein ».‎
Au lieu de cela, avec un sourire sur son visage, elle demanda: « Combien pèse ce verre d’eau? »

Les réponses entendues variaient de 8 onces à 20 onces.

Le poids absolu n’a pas d’importance. Cela dépend de combien de temps je le tiens. Si je le ‎tiens pendant une minute, ce n’est pas un problème. Si je le tiens pendant une heure, j’aurai ‎une douleur dans mon bras. Si je le tiens pendant une journée entière, mon bras se sentira ‎engourdi et paralysé.‎

Dans chaque cas, le poids du verre ne change pas, mais plus longtemps je le tiens, le plus ‎lourd, il devient.‎

Le stress et les inquiétudes dans la vie sont comme ce verre d’eau.
Pensez-y pendant un moment et rien ne se passe. Pensez-y un peu plus longtemps et ils ‎commencent à faire mal. ‎
Et si vous y pensez toute la journée, vous vous sentez paralysés – incapable de faire quoi ‎que ce soit.

Nous sommes parfois dans l’impossibilité dans changer nos conditions de vies et d’éliminer ‎complètement le stress. Par contre, nous sommes pourvus d’un outil exceptionnel antistress : le ‎même qui peut l’amplifier.‎

Je vous propose d’explorer ensemble cet extrait de l’excellent livre Why Zebras Don’t Get Ulcers ‎par R. Sapolsky (traduction libre) :‎

Pour la grande majorité des animaux sur cette planète, le stress est une crise à court terme ‎‎(si vous êtes un zèbre entrain de courir pour sauver votre vie ou un lion entamant un sprint ‎pour attraper votre repas, les mécanismes de réponse physiologique de votre corps sont ‎superbement adaptés pour faire face à ces situations d’urgence physiques à court terme).‎

À l’opposé des animaux qui ne stressent pas en prévision d’événements futurs, nous (les ‎humains) mobilisons notre stress non seulement en réponse à des insultes/événements  ‎physiques ou psychologiques mais rien qu’en y pensant.‎
‎…‎
Un grand nombre de preuves suggère que les maladies liées au stress émergent surtout par ‎le fait que nous activons souvent un système physiologique qui a évolué pour répondre aux ‎urgences et que nous le mettons en marche pendant des mois (on se soucie des prêts ‎hypothécaires, des relations, des promotions…)‎

Pensez à  « déposer le verre » et gardez à l’esprit que « Notre meilleure arme contre le stress est ‎notre capacité à choisir une pensée qu’une autre ».‎

Photo credit http://www.flickr.com/photos/sergiu_bacioiu/4390690948/sizes/z/in/photostream/‎

Mindfulness : 10 manières d’amener la pleine conscience au travail

Mindfulness 10 manières d’amener la pleine conscience au travailVos journées de travail son épuisantes, votre rythme est effréné et ne souffre d’aucun retard, vous avez énormément d’objectifs à atteindre. Ralentissez pour y arriver plus vite. Surtout ne me croyez pas, expérimentez :

01. La première étape est un engagement décidé et volontaire dans la pratique. La pleine conscience est l’art de l’observation de soi-même, de ses propres pensées, de ses émotions, de ses tendances à l’action et de ses comportements et ce , sans émettre de jugement.

02. Prenez un départ calme et progressif :
« Aujourd’hui je vais être plus conscient de ………. (des courriels que je vais envoyer…) » et pratiquez tout au long de la journée en centrant votre attention sur l’objet choisi.

03. Commencez chaque journée par quelques minutes de conscience consciente. Dans cette optique, la respiration est la clé de cet investissement. Plutôt que sauter dans votre lit une fois que sonne l’heure, prenez quelques instants (minutes) pour examiner comment vous vous sentez et consciemment définir vos intentions pour la journée.

04. Si votre tendance du jour ou votre propension habituelle est défiler dans la journée à pleine vitesse et commencer les défis journaliers sur un rythme soutenu, soyez attentif à ralentir. Même (et surtout) si vous avez à régler de nombreuses choses dans un temps limité (« rappelez qu’un homme pressé est un homme sans jus »), vous êtes capable de contrôler le départ du grand prix de la to-do list dans votre tête. Cela augmentera votre agilité et permettra une régulation différente de l’énergie.

05. Au cours de vos échanges professionnels, veuillez à pratiquer l’écoute réelle des autres. Cela va requérir que vous branchiez votre énergie sur l’échange avec l’autre et que vous débranchiez quelques minutes votre mode résolution de problème et toute anticipation des circonstances à venir. Seulement, pour quelques minutes.

06. Apprenez à prendre en considération et reconnaître les accomplissements des autres, leurs besoins, les difficultés qu’ils rencontrent, et consécutivement, appliquez quelques simples et tenus actes d’empathie et de bienveillance. Une telle attitude va avoir un effet sur leurs charges perçues de travail, elle va l’alléger et la rendre moins coercitive.

07. Portez une attention particulière à vos signaux corporels et aux mouvements de votre corps. La façon dont nous utilisons celui-ci a un effet notable sur la fermeture de notre attention – ou au contraire son ouverture. Nous n’insisterons jamais assez sur la valeur et l’importance d’être conscient de la façon dont vous respirez. Si vous ne savez pas quoi faire ; RESPIREZ et prenez conscience que vous RESPIREZ !

08. Portez un œil attentif à votre langage tant dans vos conversations internes que celles avec vos collègues sur votre lieu de travail. Les mots pourraient exercer une influence sur votre physiologie. Lorsque au détour d’un dialogue, vous affirmez à un quidam que vous êtes « claqué, vanné, lessivé », vous communiquez des informations et vous signalez à votre cerveau que pour le moment vous vivez et allez vivre une expérience désagréable.

09. Prenez quelques minutes pour identifier quelles finalités vous envisagez pour certaines conversations importants et ce quel que soit le support utilisé – un appel important, un courriel ou une réunion. En effet, beaucoup d’entre nous se retrouvent catapulté au milieu d’interactions sociales particulières sans aucune idée de ce qu’ils veulent vraiment. En d’autres mots et en résumé, cherchez, trouvé et formulé vos intentions.

10. Lorsque sonne la fin de votre journée de labeur, profitez d’un temps sur le trajet ou dans la soirée pour vous octroyer un espace d’autoréflexion non jugeant. Observez ce qui se présente avec discernement et soyez prêt à accueillir ce qui vient avec bienveillance et sans jugement. C’est une tâche riche, plutôt ardue et inhabituelle, qui permet d’établir la liaison.

Alors pratiquez, remarquez et observez.
Photo credit http://www.flickr.com/photos/linhngan/2746415048/sizes/m/in/photostream/

Comment amener la pleine conscience en entreprise?

Comment amener la pleine conscience en entrepriseLe développement de l’esprit mindful dans la vie quotidienne nécessite une certaine débauche d’efforts. Beaucoup de pratiques existantes permettent de cultiver l’esprit du mindfulness, tels que la médiation, le yoga, certains arts martiaux
Néanmoins, notre esprit a besoin de l’attention et de la cohérence d’une pratique assidue et régulière si nous désirons nous défaire des vieux schémas neuronaux et se centrer sur l’acquisition de nouvelles alternatives.

Beaucoup perçoivent leur lieu de travail comme un concentré de stress. Les pressions ressenties sont constantes. La gestion des différences interindividuelles, même lorsqu’elles ne sont pas conflictuelles nécessitent une dépense d’énergie « nerveuse » continuelle. Au sein de nos sociétés les heures de travail sont souvent démultipliées et les journées en expansion, face à l’implacable rigidité du temps, de nombreuses actions sont posées et de multiple pauses oubliées. Beaucoup d’acteurs opèrent dans un climat ne permettant que peu de moments de retrait et souvent sur un mode guerrier-compétiteur.

En déconnexion avec leurs émotions et avec un mode de conscience de la pensée hors d’atteinte, nos acteurs sont face à un renforcement du stress et de l’anxiété. En mode automatique, sans centration sur l’ici et maintenant, nous risquons de réitérer constamment les mêmes habitudes dans le temps et perdurer dans le même mode préférentiel sans observation ni conscience de son occurrence.

La pratique de la pleine conscience offre des possibilités de sieste mentale, de recul, de repos émotionnel, malgré les événements que nous pouvons retrouver dans une journée moyenne de travail.

photo credit http://www.flickr.com/photos/21560098@N06/4003742373/ »

Mindfulness @ work, la pleine conscience au travail

Pleine conscience, Des outils, des outils,… donnez-moi des outils

Telle est la réponse de la plupart des personnes que nous rencontrons sur leur lieu de travail lorsque nous les interrogeons sur leurs besoins.

Mindfulness at work,  la pleine conscience au travailDes outils, des trucs pour… être plus efficient, productif, efficace et tout cela avec un stress en diminution. Souvent ils nous réclament des solutions qui concernent des problèmes complexes, parfois même l’objet de leur demande est une action hors de leur contrôle immédiat.
Bien souvent au détour d’un chemin survient la question fondamentale : existe-t-il un outil suprême ? Si tant de personnes désirent atteindre une expertise et augmenter leur contrôle, quel est l’outil qui va les aider et les guider dans cette voie ?

Eh bien, il n’existe aucun outil ou formule magique qui permette d’exercer un contrôle absolu sur d’autres personnes ou circonstances, parfois perçus comme aléatoires et écrasants. En fait, un instrument sommeille quelque part, plus ou moins actif, qui dans notre espace de contrôle. Son influence a été exploré et révélé par un large faisceau de recherches : la pleine conscience.

La pleine conscience est un concept, un processus et surtout une pratique héritée des traditions Bouddhistes. Actuellement, il a déjà élu domicile dans les domaines de la médecine et de la psychologie et continue son trajet pour trouver une place légitime sur nos lieux de travail.
Les bénéfices de la « Mindfulness » sont nombreux et cette pléthore est en constante extension : une aide au sein de la dépression, une atténuation de la douleur, une récupération plus rapide après une opération chirurgicale, un impact postif sur le relationnel, une diminution des troubles du sommeil et de l’alimentation, une amélioration de l’anxiété et des phobies et enfin, un effet significatif sur la gestion globale du stress.

La “magie” de la pleine conscience réside dans le réarrangement qu’elle permet, par sa pratique quotidienne, dans nos réseaux neuronaux. Les recherches de pointe menées dans ces domaines accumulent et augmentent le nombre de preuves qui vont dans cette direction.
Les exercices de pleine conscience permettent d’améliorer l’attention, mais également la concentration et la mémoire.

En effet, ils mettent en branle des capacités d’inhibition qui décrassent l’attention des informations inutiles, par une action répulsive vis-à-vis des pensées non pertinentes (Moore et Malinowski 2009). De plus les aptitudes de flexibilité mentale (d’imagination, d’originalité, permettant de modifier sa stratégie quand un problème change de forme, et d’éviter la stéréotypie comportementale ou la persévérance dans une direction mal adaptée, ou la répétition de schémas inappropriés) sont aussi augmentées par cet entrainement à la pleine conscience, suivant ces mêmes auteurs.

Plus incroyable dans tout cela est que cet outil vient de nous, il trouve son origine dans notre attention, notre observation, il s’alimente de notre curiosité pour faire au final que : NOUS SOYONS CET OUTIL.

photo credit http://www.flickr.com/photos/alancleaver/4331097922/sizes/m/in/photostream/

Mindfulness @ work, la pleine conscience en quelques mots

Mindfulness @ work la pleine conscience en quelques motsQu’est-ce la pleine conscience ?

La pleine conscience est autant un concept qu’une pratique.
On pourrait décrire la Pleine Conscience (Mindfulness) comme un « état de conscience qui résulte du fait de porter son attention, intentionnellement, au moment présent, sans juger, sur l’expérience qui se déploie instant après instant. » Kabat-Zinn
La mindfulness, c’est la conscience de la conscience.

Jon Kabat-Zinn se présente comme un praticien occidental du Bouddhisme qui a fondé la clinique de la réduction du stress à l’Université du Massachussets Medical School.
Daniel Stern , auteur de “ Le moment présent en psychothérapie: Un monde dans un grain de sable » parle du moment présent comme un laps de temps qui s’étend sur approximativement trois secondes, plus précisément sur une durée de trois à 6 secondes.

En y regardant de plus près, Ruth Cohn nous explique qu’il existe de nombreuses fonctions dans la nature et la culture qui occupent et couvrent ces intervalles de temps: un échange de communication entre le nourrisson et celui qui en prend soin, un cycle de respiration entre l’inhalation et exhalation, une phrase musicale, une rotation au sein d’une conversation.
« L’ici et maintenant » serait un ingrédient essentiel dans le système opérant de notre architecture interne.

photo credit http://www.flickr.com/photos/45469294@N07/6658856291/